En tant que zoo, nous avons le devoir mener à bien plusieurs missions au quotidien!

Divertir

Nous permettons au public de découvrir une grande diversité d’animaux en leur proposant 2 manières de les observer : une balade atypique en voiture au milieu d’animaux africains en semi-liberté et une promenade dans le parc à pied arboré, et ombragé, qui abrite des animaux issus du monde entier.

600 animaux sauvages, à 20 minutes de Toulouse

Situé au cœur d’une forêt de chênes, le parc ombragé est un lieu agréable en toutes saisons.

Tout au long de la visite, profitez de nos animations et de nos outils d’information pour découvrir pleinement notre parc.

Le parc à pied

Partez à la découverte d'une cinquantaine d'espèces issues du monde entier : panda roux, otarie, suricate, tortue, tigre de Sibérie, capucin, tapir, yack, kangourou, aras, flamant rose... La mini-ferme permettra aux enfants de lier un véritable contact avec de petits animaux domestiques.

Suivant les périodes de l’année, des spectacles d’otaries et/ou d’oiseaux ainsi que des nourrissages pédagogiques viennent compléter la journée.

La réserve africaine

À bord de votre véhicule, entrez dans la réserve où vous apercevrez une vingtaine d’espèces animales d’origine africaine en semi-liberté. Empruntez la piste qui mène au territoire des zèbres, des watusis, des rhinocéros, des lions, des éléphants, des girafes et bien d’autres encore.

 

Protéger & conserver

Nous nous impliquons dans la protection de la biodiversité en participant à la conservation ex-situ et in-situ.

Ex-situ : conservation de la biodiversité en dehors de son milieu d’origine.

Au sein du parc nous pratiquons une reproduction naturelle et raisonnée de nos espèces.

Ce travail est favorisé par le fait que nous faisons partie à la fois de l’Association Française des Parc Zoologiques (AFDPZ) mais aussi de l’EAZA (European Association of Zoos and Aquaria).

L’EAZA gère notamment un certain nombre d’espèces en Europe par le biais de plans d’élevage européens ou EEP.  Une personne est en charge d’une espèce donnée en Europe. Tous les ans, elle fait un bilan de la population européenne et envoie à tous les parcs participant des recommandations pour chaque individu (reproduction, arrête de reproduction, transfert, etc.).

L’objectif de ces plans est de maintenir à long terme des populations d’animaux aptes à être réintroduits dans leur milieu d’origine.

Un exemple de réintroduction organisée par un EEP est celle de l’oryx algazelle. Suite à une chasse irraisonnée elle est classée « Eteinte dans son milieu d’origine » par l’IUCN. Grace à l’élevage en captivité elle a pu être réintroduite au Maroc, en Tunisie, au Sénégal et au Tchad. En 2016, nous avons participé à un des programmes de réintroduction en envoyant une de nos femelles dans les Emirats Arabes.

In-situ : conservation de la biodiversité dans son milieu d’origine.

Nous participons à la conservation in-situ de différentes façons.

Nous participons tous les ans aux campagnes européennes organisées par l’EAZA. Le but de ces campagnes est de sensibiliser le public à des projets de conservation in-situ et de récolter des fonds.

Les dernières campagnes concernaient :

  • 2010-2011 : les grands singes,
  • 2011-2013 : les animaux d’Aise du sud-est,
  • 2013-2015 : projets visant à protéger les animaux des 2 pôles,
  • 2015-2017 : la campagne « laissez pousser » pour la protection des biodiversités locales,
  • 2017-2019 : les oiseaux chanteurs des forêts indonésienne.

En parallèle, nous collaborons avec l’association Zoo de Plaisance du Touch Biodiversité. Complètement indépendante financièrement du parc, elle soutient des associations qui œuvrent à la protection des animaux dans leur milieu d’origine:

Helpsimus qui protège le grand Hapalémur de Madagascar.

C’est un lémurien tout comme nos makis de Mayotte et nos makis varis. Il a failli disparaître mais grâce à Helpsimus, les populations ont aujourd’hui ré-augmenté. L’association Zoo de Plaisance du Touch et le zoo African Safari reversent des fonds à cette association qui est invitée chaque année au sein même du zoo pour présenter ses projets à nos visiteurs.

Le Conservatoire des Espaces Naturels de Midi-Pyrénées (CEN).

De nombreuses espèces disparaissent dans le monde y compris autour de nous. Les abeilles, les amphibiens, les hérissons, les coccinelles, les vers de terre, des espèces d’oiseaux sont menacés aujourd’hui. Le CEN participe à des projets de sauvegarde de la faune régionale notamment le Desman des Pyrénées. Peu connu, cet animal est pourtant aujourd’hui menacé de disparition… Il est aussi appelé « rat trompette », c’est un petit mammifère de la taille d’une taupe qui a un museau en forme de « trompette » d’où son surnom. C’est un petit mammifère semi-aquatique insectivore qui vit dans les cours d’eau en altitude. Essentiellement nocturne et discret, il se laisse très peu souvent apercevoir.

Chaque année, nous procédons de la même manière qu’avec Helpsimus, à savoir reverser des fonds et les inviter au sein du parc.

 

Rechercher

Notre compréhension du monde animal passe par des études sur leurs comportements, leur alimentation ou encore leur reproduction. Nous avons besoin de recueillir des données scientifiques pour mieux protéger les animaux.

Nous participons à des projets de recherches par le biais de thèses d’étudiants. Chaque année, nous accueillons des étudiants en éthologie (étude du comportement des animaux), en biologie (étude de la génétique et de l’évolution des espèces en captivité), les projets d’étude de ces étudiants permettent de faire avancer la recherche et d’apporter des recommandations pour développer notamment les enclos.

Nous répondons également à des questionnaires envoyés régulièrement par les personnes en charge des EEP, à des demandes de prélèvements pour des projets de recherche.

 

Transmettre

Tout est mis en place pour informer les visiteurs et les sensibiliser au monde animalier et à la biodiversité : des panneaux d’informations et des expositions ainsi que des animations abordant différentes thématiques (journées pédagogiques sur les métiers du zoo, nourrissages commentés pour présenter certaines espèces, ateliers pour les scolaires).

Nos spectacles d’otaries et d’oiseaux ont également une dimension pédagogique puisque nos dresseurs se rendent disponibles pour répondre aux questions des visiteurs.

 

Sensibiliser les visiteurs

L’idée générale est de faire prendre conscience aux visiteurs de l’importance de la sauvegarde des animaux.

La majorité du parc se trouve dans une forêt de chênes qui abrite de nombreux animaux : des hérissons, des amphibiens, des salamandres, des écureuils, etc.  Nous avons également pour l’instant répertorié 39 espèces d’oiseaux présents selon les périodes de l’année.

Il est important d’en prendre soin et de prendre soin de la flore également. Nous avons décidé de privilégier l’utilisation d’insecticides sélectifs et non nocifs pour l’environnement. Nous avons également mis en place des nichoirs pour les mésanges et pour d’autres espèces d’oiseaux et des gîtes à chauves-souris afin de conserver ces animaux qui s’avèrent très utiles à la protection de l’environnement. Ces animaux nous aident à réguler, de manière naturelle, les populations des insectes nuisibles, par exemple les chenilles processionnaires et les moustiques. Les mésanges mangent jusqu’à 500 chenilles par jour et les chauves-souris jusqu’à 3000 moustiques par nuit.

Durant l’hiver, nous apportons une attention particulière aux oiseaux en leur mettant à disposition des boules de graisse.